What's New Events Calendar Research Professional Information Public Information
 
 
 
Donations
Brochures
Awards Recipients
Health Advisory
Disclaimer
Board of Directors
Fellowship
 

COMMUNIQUÉ
POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Que faire lorsque bébé ne supporte pas le lait.
Les nouveaux parents doivent identifier rapidement les causes
afin de ne pas compromettre la croissance de leur bébé.

OTTAWA, le 2 avril 2004 - Chez les nourrissons, l’incidence des allergies au lait de vache et l’intolérance au lactose est chose rare en Amérique du Nord - entre 2 % à 8 % -, mais le souci de chercher à les identifier est toutefois bien fondé. Une allergie au lait de vache peut mettre la vie en péril, et l’intolérance au lactose peut engendrer la malnutrition. Les symptômes reliés aux allergies alimentaires peuvent être déroutants - , car si une respiration sifflante, une toux et les troubles d’estomac peuvent faire croire à une allergie, cela peut aussi indiquer que bébé souffre tout simplement… d’un rhume !

Pour les parents, quoi de plus frustrant qu’un bébé qui refuse de se nourrir ou qui fait des caprices. Les nouveaux parents peuvent se sentir impuissants lorsque leur bébé refuse de manger ou présente les symptômes de la diarrhée, ou des vomissements. Heureusement, il existe une foule d’informations traitant des allergies et votre pédiatre est là pour vous venir en aide.

“Le lait maternel est la meilleure nourriture pour votre bébé ; mais l’allaitement au sein peut aussi comporter des problèmes”, selon le Dr Rhoda Kagan, pédiatre allergologue, du Centre universitaire de santé McGill, à l’Hôpital de Montréal pour enfants. “Il est important que les parents soient attentifs aux signes d’allergies alimentaires afin que la mère qui allète puisse modifier sa diète au besoin, ou remplacer la préparation pour nourrisson par une préparation alimentaire à base de soya par exemple. Mais, si vous croyez qu’il s’agit d’une allergie ou d’une intolérance au lactose, vous devez consulter votre pédiatre le plus tôt possible. Outre certains dangers évidents, il est à craindre que le nourrisson ne bénéficie pas de l’alimentation optimale dont il ou elle a le plus grand besoin durant cette importante première année”.

Un porte parole de la Fondation canadienne d’allergie, d’asthme et d’immunologie, (FCAAI) organisme dédié à la recherche, à l’enseignement et à la formation touchant les domaines de l’allergie, de l’asthme, de l’immunologie et des maladies allergiques au Canada, soutient cet avis. D’après le président de la Fondation, Dr Zave Chad : “Les allergies alimentaires affectent entre 2 % à 4 % de nos enfants, et plusieurs de ces allergies disparaîtront d’elles-mêmes avec le temps. Nous constatons cependant une augmentation significative des maladies allergiques depuis les vingt dernières années, et que de plus en plus de familles en sont touchées. Il est donc important de s’informer”.

Allergie au lait de vache
Une allergie au lait de vache se manifeste généralement au cours des tous premiers mois ou après une alimentation avec des préparations lactées pour nourrissons contenant du lait de vache. “Les allergies sont causées par certaines protéines contenues dans le lait de vache et non par le lait lui-même, ou encore peuvent provenir d’antigènes présents dans le lait maternel” précise Dr Kagan. Chez un bébé, les symptômes d’allergie au lait de vache se déclarent généralement durant l’heure de son repas sous forme de crampes abdominales, de vomissements, d’éruptions cutanées et parfois d’une respiration sifflante. L’éruption cutanée peut ressembler à des rougeurs ou de l’urticaire, particulièrement autour de la bouche du bébé.

Mais, bonne nouvelle, la plupart des nourrissons ne souffrent plus de ces allergies après quelques années. À partir de l’âge de quatre ans, 85 % des enfants allergiques se voient débarrassés de leur allergie au lait de vache, et 95 % de ces enfants n’auront plus aucune allergie après l’âge de six ans. Moins de 1 % des bébés conserveront une allergie au lait de vache durant toute leur vie.

Intolérance au lactose
Un bébé peut également souffrir d’intolérance au lactose, - qui n’est pas une allergie -, pouvant causer certains symptômes similaires. Le Dr Kagan note que : “Lorsqu’un nourrisson souffre d’intolérance au lactose, il ou elle ne digère pas le lactose qui est un hydrate de carbone présent dans le lait de vache. Non digéré, le lactose demeure intact dans l’intestin plutôt que broyé par l’action des enzymes (lactase)”. Des gaz, des ballonnements et des crampes peuvent s’ajouter aux symptômes de vomissements et de diarrhée. “Chez le nourrisson, l’intolérance au lactose est souvent le résultat d’une infection gastro-intestinale qui nécessite un changement temporaire de sa préparation lactée, après quoi le bébé peut reprendre la préparation initiale ou l’allaitement maternel”, de conclure Dr Kagan.

Lorsque votre bébé souffre d’une allergie au lait de vache ou d’intolérance au lactose, votre pédiatre peut vous suggérer une formule sans lait de vache, à base de protéine de soya. Le soya est une protéine de nutrition complète offrant un profil aminoacide bien établi. Les diètes à base de soya comme seule source de protéines fournissent la quantité suffisante d’aminoacides essentielles à la croissance des nourrissons, des enfants et des adultes. “Il est important de noter” tel que le souligne Dr Kagan, “que certains enfants allergiques au lait de vache développeront une allergie à la protéine de soya, mais la plupart affichent une bonne tolérance aux produits de soya.”

L’allergie au lait de vache et l’intolérance au lactose peuvent être contrôlées en modifiant le régime alimentaire et le traitement avec une préparation lactée pour nourrisson, à base de soya enrichi de fer. Il faut porter une attention particulière constante afin d’assurer une alimentation adéquate, et consultez toujours votre pédiatre avant d’apporter tout changement aux habitudes alimentaires.

Signes et symptômes d’allergie au lait de vache et d’intolérance au lactose

Si vous soupçonnez une allergie alimentaire ou une intolérance au lactose à l’apparition des symptômes ci-dessous, consultez votre pédiatre :

- Vomissements
- Urticaire, éruptions
- Respiration sifflante ou autres problèmes respiratoires
- Gaz, crampes, ballonements
- Gargouillis dans l’estomac
- Diarrhée

Si les symptômes persistent après avoir changé le régime alimentaire, consultez à nouveau votre pédiatre immédiatement.

BIOGRAPHIE : Dr RHODA SHERYL KAGAN

Directeur du Programme d’allergie pédiatrique / immunologie clinique de l’Université McGill de Montréal, Dr Rhoda Kagan est professeur associé du service de pédiatrie de l’Hôpital de Montréal pour enfants. Elle agit également à titre de médecin-conseil auprès de l’Association québécoise des allergies alimentaires, d’Anaphylaxie Canada et de l’Association d’information sur l’allergie et l’asthme.

Au cours de fréquentes entrevues télévisées et radiophoniques, dans les journaux et les magazines, Dr Kagan a abordé les aspects des allergies alimentaires et de la recherche sur l’allergie qui sont du plus grand intérêt public. Dr Kagan consacre sa recherche personnelle à l’épidémiologie et l’histoire naturelle des allergies aussi bien qu’à la qualité de vie des enfants souffrant d’allergies alimentaires. Plus récemment, elle a collaboré à une étude de deux ans sur la fréquence de l’allergie aux arachides chez les écoliers de Montréal. Les résultats de cette étude, la plus vaste en Amérique du Nord, ont été publiés dans la parution de décembre 2003 du Journal of Allergy and Clinical Immunology.

Dr Kagan est récipiendaire de bourses pour la recherche de la Fondation de l’Hôpital de Montréal pour enfants, de Instituts de recherche sur la santé du Canada, du Bureau d’innocuité des produits chimiques de Santé Canada ainsi que du Fonds de la recherche en santé du Québec. Elle a été conférencière invitée et a assisté à de nombreuses conférences nationales et internationales organisées par la Société canadienne de pédiatrie, Santé Canada, National Institute of Environmental Health Sciences (NIEHS), USAID et l’Institut scientifique et technique de la nutrition et de l’alimentation (ISTNA). Ses travaux ont été publiés dans un grand nombre de revues scientifiques reconnues par ses pairs, de livres ainsi que dans les publications d’associations nationales sur l’asthme et l’allergie.

Dr Kagan est membre de l’Association médicale canadienne, du Collège des médecins du Québec, de la Société canadienne d’allergie et d’immunologie clinique et de l’American Academy of Allergy Asthma & Immunology. Elle est membre et pédiatre-examinateur au Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

 
     
Website by Mediaforce